Rencontre avec Hugues PZZL (12XU, PUZZLE REC.)…

Bonjour,

Enfin une promesse tenue ! J’ai réussi à réaliser une interview par mail avec Hugues PZZL ! Je vous laisse découvrir ce petit entretien qui consistait à prendre des nouvelles d’une personne qui aura énormément compté pour moi, et qui me manque.

Bonne lecture !

Salut Hugues ! Première petite question : Comment vas-tu depuis tout ce temps ? La dernière fois que je t’ai croisé c’était au concert de 12XU à Paris il doit y avoir deux ans même plus ! Raconte-nous !

Huguespzzl : ça va plutôt bien, je profite de ce dimanche en famille pour te répondre, parce que depuis peu je suis papa, et tout ce que ça implique!

Je suis toujours à Lyon. La routine s’installe doucement. Les 2 ans qui se sont écoulés ont vu leurs lots de changements mais dans la continuité au final.

Ca va donc bien dans l’ensemble! Et toi ? Finalement je suis un peu “ermite” et je ne prends pas forcément le temps de prendre des nouvelles. Plein de quotidien et d’activités…

Justement, pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas, nous avons vécu ensemble à Rennes (colocation musique (theflyingworker8 sur la fin, puis baron noir), distro (jeunes&jolies), apéros, restos etc). Tu es ensuite allé vivre à Lyon, peux-tu nous dire ce qui t’attirait à  Lyon et as-tu trouvé ce que tu cherchais ?

J’ai déménagé avec mon amie à Lyon pour qu’on change d’air et puis pour suivre son cursus universitaire, l’envie de voir du pays. Le projet s’est très vite transformé et on s’est retrouvés à Lyon tous les deux. Je lui dois beaucoup, voir tout car faut le reconnaître, je ne suis pas un logisticien hors pair et une très grande partie lui revient dans notre arrivée.

Lyon est une ville assez grande pour y retrouver l’émulsion  qui traverse ce genre de ville, mais à taille “humaine”, c’est à dire qu’on en fait le tour facilement, à vélo/ métro/ tram… Une sorte de petit Paris, avec ses relouts (la voiture est un accessoire de défouloir incroyable pour une partie des Lyonnais…) mais avec son côté Provincial qui rend le tout plus vivable au quotidien… Je ne sais pas ce qu’on cherchait, ce que je cherchais, sûrement de la stimulation, chose que j’ai trouvé sans problème. J’ai fait un paquet de choses, de rencontres, de retrouvailles pour une partie des connaissances qu’on avait à Lyon, des activités qu’on avait dans nos villes respectives, de découvertes…

Tu joues dans plusieurs groupes à Lyon (12XU, VEUVE SS, NEIGE MORTE). Peux-tu nous en parler ?

Lors de notre arrivée, j’ai retrouvé Julien & Gwen qui étaient dans DAÏTRO, et qui voulaient faire quelque chose de plus punk, c’est comme ça qu’est né 12XU, s’en est suivit 4 single series 7″, 2 splits 7″, un LP et quelques tournées en France/Europe, USA et Biélorussie…. C’est une sorte de punk mâtiné d’emo ONETWO XU. Puis de fils en rencontres, j’ai monté NEIGE MORTE, avec Sheik Anorak et par la suite Xavier de OVERMARS, un projets black métal/ noise, expérimental/ambiant, qui a fait un LP CD et un 10″ split avec THE AUSTRASIAN GOAT. Je ne joue plus dedans, mais le groupe continue. En 2010 est née VEUVE SS, hardcore punk sombre et malsain dans lequel je ne joue pas de batterie, mais je hurle. on a sorti un LP et fait quelques dates…

Vous avez pas mal joué, enregistré, tourné avec 12XU, comment vous est venu l’idée de faire ce groupe ? Avez-vous des projets à court terme ?

L’idée de 12XU est sorti des vignes de Louis-Benoît, batteur de DAÏTRO et vigneron de son état. J’ai fait les vendanges avec Julien et Gwen entre autre, on a parlé de musique bien évidemment, et de leur envie de faire quelque chose de plus “simple” et léger que DAÏTRO. J’étais parti de Rennes avec ma batterie, donc j’ai bien eu le goût de reprendre cette idée. Et comme les choses se sont mises assez vite en marche, 12XU est parti jouer et enregistrer. C’est sûrement le groupe avec lequel j’ai fait le plus de choses jusqu’à ce jour. C’est assez barge en y repensant. Pleins de bons moments, avec des cools personnes! Tout est resté assez “familiale” dans le sens ou Seb PUREPAINSUGAR ou des amis / rencontres se sont joints à nos projets. Je suis très heureux de tout ce qui s’est passé. Pour le moment il n’y a pas de grand projet, c’est au pas. Sûrement un LP avec l’ensemble des 7″s avec des inédits, et la participation à la compilation STONEHENGE dont je suis très fier, avec une reprise de La Fraction…


Es-tu ok si on dit de 12XU que c’est emo vieille école ?

Oué, je pense que ça me va, même si au final, on avait plus en tête HOT SNAKES, DINOSAUR JR ou WIPERS. Mais c’est cool que tu dises ça, parce que toute cette scène vielle école me tient à cœur.

Continues-tu le label PUZZLE rec. ? Peux-tu nous faire un bref topo des sorties depuis sa création et as-tu des projets ?

PUZZLE RECORDS c’est une partie de mon compte en banque, et donc pour le moment, j’y consacre moins de temps qu’avant. Je suis parti d’une blague pour sortir des disquettes de groupes de power violence à la sortie du 7″ de THEFLYINGWORKER! et finalement aider des amis comme SED NON SATIATA, ABJECT OBJECT, ou les groupes dans lequel j’ai joué. Désormais PUZZLE, c’est le coté “graphisme” qui me tente, plus que les disques…

Justement, j’allais y venir, tu fais pas mal de graphisme aussi : Photoshop est ton meilleur ami il me semble ? Racontes-nous comment as-tu commencé à faire des « trucs » sur ton mac…

Yep, j’ai commencé avec des photocopies, et au final c’est comme ça que je continue, l’ordi permettant des facilités pratiques, mais je suis toujours ébahi devant une photocopie…

J’ai aussi un atelier de sérigraphie, je fais des posters de concerts, des pochettes de disques etc.

Un jour j’aurai un vrai site mais tu peux voir des choses là:  http://www.puzzle-records.com/

au final mes meilleurs amis sont un crayon cassé et une photocopieuse pourrie…

Tu bosses aussi chez Modern City records ?

Yep, MODERN CITY m’emploie depuis 4 ans à peu près, j’y suis entré en faisant des badges et puis je me retrouve derrière un ordi à traiter des commandes pour des mariages, des trucs cheums de scrapbookeuses à la ramasse ou des assos de trombones… C’est le job le plus cool que j’ai fait jusqu’à présent. Une dizaine d’employés, tous plus ou moins investis dans la “scène” punk Lyonnaise, ou passionnés. Des collègues qui sont des amis et inversement. Des repas d’entreprise qui se font à des concerts, des “patrons” qui te ressemblent, des discutions interminables autour de la musique ou du cinéma. Ya un roman à écrire sur cette boite.

Parlons de Rennes à présent : Que gardes-tu de cette époque ?

Rennes c’est l’émancipation pour moi, venant de St Brieuc. C’est la fac, la découverte du DIY, des tournées, des groupes, d’amis. C’est aussi les bars, les soirées n’imp, les colocations, les pâtes à pas d’heures. Ce sont de très bons souvenirs. Mes premières armes. J’ai vécu de très bonnes années. Je n’ai pas eu de job intéressant, ni de carrière, ni de réussite, mais une vie sans temps morts, ni ennui.

Mais Rennes c’est surtout les années passé à tes côtés, dans Jeunes & Jolies, les concerts organisés au Mondo Bizarro pendant ses années, le temps mis dans la distro, l’affichage, les débuts de site web… Ya un paquets de gens rencontrés à 2, de concerts, de bouffe, d’affiches fait tout les 2. C’était très excitant. Ce sont des moments que j’oublie pas.

C’est aussi BARON NOIR, là aussi avec toi, les concerts à Caen, les aller/retour à la salle de répète… La cassette dans ta voiture de 400 YEARS. Les envies de faire des choses simplement, avec des amis. C’est ce disque (EP L’époque exige de bons gestionnaires) dont je suis fièr après ces années. C’est cette tournée avec AGHAST, chez les rosbifs! Incroyables souvenirs. Y’a là aussi un paquet de souvenirs qui remontent et qui me font me dire que j’ai vécu un max de choses riches, avec des amis.

Et on oublie souvent DIE FUKKIN HÖLLE! Jean Gui, HL, le grand n’imp! attention!


Des gens qui t’ont marqué en BZH ?

Ouép, en premier lieu les premières rencontres hors mes connaissances de St Brieuc que j’ai retrouvé, Les gens de THEFLYINGWORKER!: Yann, Félix, Thomas, avec qui j’ai vécu plein de choses que j’oublierai jamais. Mais aussi à la même époque Bruno, Seb et Thibaut & Sandrine. Et puis ces années avec toi et les Brestois qui, il faut le dire, sont des cramés!

Rennes c’était un peu un terrain de jeu idéal. Une ville assez petite pour s’y sentir bien, mais assez grande pour ne pas avoir l’impression d’y être enfermé. Et puis c’est la Bretagne, du moins c’est ce qui se dit…

Parlons foot : j’ai un scoop : tu avais débuté un mémoire en socio sur le mouvement ultra si je ne me trompe pas ?

Oué, commencé en effet héhéhé…

Mais tu n’aimes pas le foot ?

Je n’ai pas d’affection particulière avec cette activité. Ce qui me posait aucun problème pour son étude, comme le bowling ou les châteaux de cartes.

DVE Lille ou Tigers de Lens ? ……….

Parce que Lille est une ville que j’affectionne pour le coup, je dirais Lille ?

Quel image as-tu des « supporters » comme des gars comme Bruno M. moi ou Yann LF ?

L’image que j’en ai, et du reste des supporters, c’est cette projection irrationnelle d’aspirations qui sont hors de portée d’une action personnelle réelle sur des gugus payés pour jouer. C’est  étonnant tant d’engouement pour une chose si hors de contrôle, si peu influençable que 11 jeunes et beaux garçons dans une structure baraque qui jouent entre eux… L’acceptation du spectacle comme façon de vivre. C’est une vie interposée. Je ne sais pas. Le fantasme. Bha c’est comme du cinéma, c’est cool. Juste je suis parfois hermétique…

C’est assez onirique finalement, et si « rien n’est vrai, tout est possible… »

N’empêche, les meilleurs c’est les Merlus (ndr F.C LORIENT pour info)!

Depuis que nous nous sommes perdus de vue (géographie) je me suis passionné pour le poker. As-tu déjà joué ou même mieux, as-tu la notion très complexe de ce jeu ?

Je m’étais mis au Ju-jitsu Brésilien il y a quelques années; Et j’avais découvert avec étonnement le degré de complexité de cet art martial. Plus proche de la stratégie que du combat brut. Je garde en mémoire ça. Ce combat d’abord avec soi avant que ça ne passe par le corps, son corps mais aussi celui de l’adversaire. La tête quoi! héhé! Et puis on su plus qu’au chiffres et lettres…

Perso, je fais souvent le rapport Échecs Poker pour expliquer aux novices et ainsi parler des innombrables façons de monter sa stratégie.

J’imagine que c’est du même ordre, oui. (ndr : je crois que Hugues n’ose pas me dire qu’il en a rien à cirer des cartes héhé).

Comment pourrais-tu définir ton rapport avec le fait d’être vegan en quelques lignes ?

Être vegan, c’est décider d’aller un peu plus dans ses zones de confort, de mise à l’épreuve des ses sentiments, ses envies. C’est le végétarisme et sa philosophie. C’est une idée d’idéal. Mais ya pas de bons points, ya pas de mauvais choix, ya que soi et ses choix. Ce avec quoi on est à l’aise, confortable, ce qu’on accepte de soi, ce qu’on accepte, ce qui se tolère de soi. Je ne suis plus VEGAN depuis quelque temps. Je fais attention à ce qu’il y a dans mon assiette, à ce que je fais, à la façon dont je le fais et finalement 80% de ce que je mange/utilise est VEGAN, mais je ne me dit pas vegan, normal tu me diras, et les tablettes ont parlées. Je prendrais le temps de rester dans ce qui me tient à coeur, parce qu’au final, je ne me sens pas si à l’aise avec ce que je fais, mais pour le moment, avec les changements derniers dans ma vie et le temps, je fais avec… Je ferais sûrement différemment après.

Demain mon train se trompe de direction (ou je me trompe de train tout simplement) et je t’appelle pour savoir si tu peux m’héberger une nuit. Je n’ai pas mangé depuis 19 heures : que fais-tu à manger et qu’est-ce qu’on fait de la soirée ?

Ah! 19h! Merde, je ne vois qu’une seule chose, pasta! Une bolognaise (là je commence à toucher à quelque chose dans mon coin, sans blague!), avec peut être en entrée une belle salade avec du tofu mariné maison, des tomates, échalotes, la sauce qui va avec… Désert? Des crêpes bien sur! En fait cuisiner Vegan, comme végétarien, c’est quand même pas compliqué. Juste si tu y réfléchis plus d’une minute, ya gavé de trucs.

Tu es papa depuis peu : ça fait quoi ?

Ca change la vie à jamais. Je n’ai jamais réussi quelque chose comme ça. Au delà , j’en reviens pas que ce petit garçon soit un peu de moi. C’est tendre à l’immortalité d’une certaine façon éhéhhé. Je suis très fier de ce que nous avons fait, et de ce qui se fait au jour le jour. Et tu sais quoi? Je ne me suis jamais levé de si bonne heure, ces derniers temps si content de le faire!

Un mot à ajouter ?

Merci d’avoir voulu entendre mes élucubrations !

« We live and die with our opinions


I`m not saying it`s not anything


It`s just not everything


If a problem doesn`t stare you back


Then maybe it`s not worth looking for


When you corner me to knock me down


To make you seem less profound


There are three (3) words I will say:


« I don`t care » »

UNBROKEN, 1995 Absentee debate de UNBROKEN

Publicités