Interview de Franck de l’asso NEA…

Bonjour,

Voici quelques temps que j’attendais ce moment. En effet, quelle fût ma surprise lorsque j’ai à nouveau croisé la route de Franck, collègue devenu pote à l’époque où je bossais en tant que gardien d’ados en collège, à la Veggie Pride 2011 de Paris ! A cette époque, nous étions déjà des extraterrestres sentimentaux, que ce soit en musique, pensées politiques et vie quotidienne. Depuis nous nous étions perdus de vue, Pradel n’a rien pu faire pour nous réunir, et Facebook n’avait pas encore pris part à ma vie d’adulte consentant. C’est la vie….

Chacun a donc du faire son bonhomme de chemin, et c’est par le plus grand des hasards que nous nous sommes revus…

Franck avait cru voir ma tête dans le cortège de la Veggie Pride, tout comme moi, et c’est par mail que nous nous sommes retrouvés à discuter « cause animale ». De son côté, Franck a créé NEA et il a beaucoup de choses à dire sur son association et son « combat ». Mais au-delà de ça, je voulais l’interviewer pour causer musique et cuisine…

Je vous laisse découvrir cette petite série de questions réponses, et surtout n’hésitez pas à visiter leur site pour les encourager et même les aider à dénoncer les abus de l’exploitation animale dans la région de Lorient, Nantes et leurs environs ! En plus d’y trouver une mine d’infos sur le sujet, L’asso met à votre disposition un max de recettes assez simples à préparer… Big Up !

 

Bonjour, alors Franck peux-tu te présenter auprès de mes fidèles lecteurs ?

Breton avec du sang arabe, j’ai joué au foot de 7 à 20 ans dans le club du village où j’ai grandi.

J’ai passé mon adolescence à écouter de la pop anglaise (Jesus and Mary Chain, My Bloody Valentine, Pastels, Stone Roses, Happy Mondays…), du rock américain (Sonic Youth, Mudhoney, Dinosaur jr, Pavement, Nirvana…) et j’ai viré électro à la vingtaine.

Végétarien depuis 10 ans, vegan depuis 8 ans et militant depuis 3, j’espère bien voir l’abolition de la viande de mon vivant !

 

Vous êtes basés en Bzh essentiellement n’est-ce pas ?

En effet, l’association est bretonne et nous militons dans le Morbihan (Vannes, Lorient), l’Ille et Vilaine (Rennes, Redon) et parfois en Loire Atlantique (Nantes, St Nazaire)

 

Comment vous est venu l’idée de créer l’asso ?

Après plusieurs années sans manger les animaux, moi et mon amie avions envie de faire plus pour eux. J’ai donc militer avec d’autres associations de défense des animaux durant quelques mois. Nous n’avions pas envie de rejoindre une structure mais souhaitions créer une association locale et garder notre liberté dans le choix des actions et des campagnes à relayer.

Nous avons donc créé nea (non à l’exploitation animale) en décembre 2009, association loi 1901.

 

Comment se traduisent vos actions ? Et quels en sont les buts ? Puis parle moi de vos actions passées et futures…

Nos actions se déroulent dans la rue, auprès des consommateurs, des citoyens. Le but est d’informer  les personnes sur les conditions de vie et de mort des animaux. Les faire réfléchir autour de la question animale, de la place que l’on accorde aux animaux dans notre société. Nous échangeons avec les gens principalement à propos des animaux qu’ils mangent.

On organise des happening pour l’abolition de la viande, contre le gavage des oies et des canards et toute campagne nationale que nous trouvons efficace pour les animaux. On participe aux marches et aux manifestations comme celle pour la fermeture des abattoirs, la veggie pride, contre la corrida, …

Pour le futur proche, on continue les actions devant Monoprix, on prépare la Semaine Mondiale pour l’Abolition de la Viande et pour les fêtes, ça sera stop gavage.

 

Vous faites donc beaucoup de sitting devant des enseignes comme Monoprix, as-tu des anecdotes sur les meilleurs moments vécus ? A l’inverse les pires ? (si tu as rencontré des gens qui ont été sensibilisés ou insultés ?

On relaie localement la campagne nationale de l’association L214 qui a pour but d’inciter l’enseigne Monoprix à ne plus vendre les œufs de code 3 (poules élevées en cage). Pour cela, nous rencontrons leurs clients pour les inviter à se mobiliser en signant une carte pétition que nous adressons au PDG du groupe. Chaque semaine, depuis 10 mois, il reçoit des colissimo de la part de L214 et ça avance ! Monoprix réalise actuellement un test dans 30 magasins dans lesquelles ils ne vendent plus d’oeufs code 3 de leur marque.

 

Moments forts ?

Les rencontres avec les enfants, qu’il y ait discussion ou juste un regard posé sur une photo, restent à mes yeux les moments les plus forts. Ils semblent comprendre tout le mal que subissent les animaux. Et du coup, le plus dur est de ce dire que d’ici quelques années la société aura fait son boulot en les rendant plus ou moins insensibles.

 

Anecdotes

La crise de nerf d’une femme lors d’une action barquette à Rennes, où elle a commencé par nous insulter puis à interpeller les passants pour faire une « contre manifestation » pour finir par appeler les flics.

Les RG, qui ont tous un végé dans leur entourage, femme, mari, frère, sœur…

Notre convocation à la mairie de Redon, pour savoir si nous n’étions pas des terroristes !

Ma volée à Rodilhan…

 

Question plus perso : Comment es-tu devenu d’une part vegan, puis impliqué dans la cause ?
Fugazi et d’autres artistes ont posé la graine, avec l’arrivée d’internet, les vidéos ont fait germer l’idée, et la lecture l’a fait s’épanouir, j’ai donc décidé de ne plus manger les animaux. Pour le militantisme, c’est l’envie qui a compté, mais ne me demande pas comment elle est venue, elle s’est pointée, un matin, comme ça, au réveil. Du coup j’ai pris mon courage à 2 mains et ai participé à ma première action, qui soit dit en passant, était une action barquette !

Parlons musique… Des kiffes à nous conseiller en ce moment ?

Les trucs d’Africantape,  Ventura il y a 2 ans et plus récemment Extra Life, Shelley Short, the Cesarians et un peu Peter Kernel.

Y a aussi le dernier Wedding present et le dernier Tindersticks que j’ai bien aimé.

Sinon j’écoute pas mal de harsh noise !
Question que je pose à tout le monde : demain je débarque dans ta ville, et je m’invite chez toi…. Que me prépares-tu à manger et qu’est-ce que tu nous proposes pour passer une bonne soirée ?

Un couscous végé, une part d’halawa et du thé vert.

Et on écoutera de vieilles chansons pop tout en discutant de libération animale. Et si t’es sage, je t’emmènerais faire une balade dans le val de vilaine, de chez moi on le surplombe !
Quel rapport entretiens-tu avec le football ? Même si je pense connaître ta position…

Luc sonor, tu te souviens de lui ? J’y voue un culte !

Publicités