L’autre gang des Lyonnais…

Bonjour,

Aujourd’hui force est d’avouer que mes articles se font rares, l’envie s’amusant avec la fuite, la lassitude du tout faisant le reste, j’ai tout de même ressenti l’envie de publier un rapide papier suite à la débâcle lilloise d’hier soir contre le champion de Biélorussie, le Bate Borisov en Ligue des Champions.

1-3 dans la tronche, ça fait grincer le divan, ça frictionne de la casquette et ça donne envie d’envoyer chier Roméo depuis son balcon. Pas de quoi la ramener, on a merdé, on a pris fessée !!!

Incapable d’exprimer ma colère face à l’attitude pathétique de mes Loscistes, maintenant habitués aux matchs ternes et sans relief, sans révolte (ou si peu) ni même panache, mon club s’enfonce probablement dans sa première crise post «success story ».

Seul le sentiment de honte était perceptible sur ma tronche hier soir, et ce, dès la mi-temps d’un match perdu face à une équipe inconnue, ou plutôt devrais-je dire méconnue de toute l’Europe, de tous les footeux du coin et des abrutis qui squattent comme moi les forums spécialisés…

 

 

J’en arrive à ma tirade…

Pour préciser le but de ces lignes, et sans atténuer le manque d’implication des Dogues sur le « pitch », je tenais à apporter aux supporters des 3 cadors de France (Pour rappel : Lyon, Marseille et Paris) quelques petites précisions sur nos prétendues relations de supporters.

Passons les éternelless gloires de Marseille, jamais morts toujours en train de (se)roder ou de se recycler en attendant leur retour à la suprématie de l’empire et les Parisianistes de Saint-Germain qui semblent convaincus de tout, du complot paranoïaque médiatico-populaire monté contre eux en passant par la certitude que l’aura de leur équipe dépasse les frontières d’un univers devenu trop étroit pour eux.

Mais venons-en aux insipides Lyonnais, seul club Français du monde du foot à avoir atteint les demis de la LDC moderne. Un palmarès respectable, clairement, sauf que leur épopée fût aussi insignifiante que l’annonce d’un titre olympique en lancée de poids. Car tout le monde ou presque s’accorde depuis des lustres pour dire que l’OL est une équipe  sans capital sympathie. Cet honneur revient en grande partie à la personnalité dégueulasse de leur boss JM Aulas, pourtant fin gestionnaire jusqu’aux années 2005, qui a scruté, squatté les médias  avec ses déclarations assassines sur tout et rien. L’ami Aulas, pourtant vrai amoureux de sa ville et son Olympique, s’était vite rendu compte du peu d’empathie que la France du football ressentait à l’égard du club.

On pourrait énumérer toutes ses sorties médiatiques, mais cet article deviendrait au fil des lignes, un bêtisier pour syndiqué fraîchement rebelle…

J’en viens aux supporters. 

Peut-être pas forcément aux habitués des tribunes de Gerland, quoique… Mais plus aux écrivains des blogs, forums, Twitter ou Facebook et des Christian Jean-Pierre de la terrasse de pub.

Ces gentils guignols (facile) qui s’amusent à parader lors de nos soirées de défaites en nous rabâchant sans cesse, que Le LOSC en LDC est une honte pour le football Français, réflexion qui à l’heure d’aujourd’hui est loin d’être infondée aux vues de nos magiques représentations dans cette Coupe, mais une bonne défense mérite un bon avocat, ou un léger degré de finesse. Et l’argumentaire valable semble être une vertu oubliée chez les Lyonnais.

Ces derniers nous assaillent depuis quelques années des pires maux : Titre immérité, succès volé, boulets de l’indice UEFA (c’est vrai qu’on n’en dort plus), ou si nos amis Rhodaniens avaient joué à notre place la LDC, la qualification serait une certitude,  et autres piques qui me rappellent à chaque lecture des pseudos « ultras » de bureau que si leur club s’est magnifiquement vautré dans une ère post « gloire », il faudrait peut-être nettoyer le vomi du pote bourré avant de venir embrouiller notre parcours.

Pour se faire,  je leur propose un petit rappel des faits :

Lyon, club souverain des années 2000 en Ligue 1 Orange, n’avait pas les moyens des Chelsea, Man U ou City récemment, pour attirer les plus grands joueurs d’Europe. OK Juninho fût une exception, mais le Brésilien n’a pas été acheté à un Milan ou au Bayern. La cellule lyonnaise faisait du bon boulot à cette époque, surtout avec la filière brésilienne, mais elle a du se résoudre à piocher chez ses proches concurents pour avancer et essayer, en vain, à filer vers LE titre suprême. Pour se faire, Aulas a sérieusement scruté du côté du club cher à mon cœur et comme son pote actionnaire Jérôme Seydoux est le frère de Michel, propriétaire et fin gestionnaire de Pathé et du Lille O.S.C, les transactions allaient sentir bon, l’assouvissement du rêve ultime. En moins de 5 ans, l’ami Aulas a claqué 46,5 millions d’Euro pour une seule vraie réussite : Abidal.

Eric Abidal: 8,5 millions d’euros (2004)

Mathieu Bodmer : 6 millions d’euros (2007)

Kader Keita : 16 millions d’euros (2007)

Jean ІІ Makoun : 14 millions d’euros (2008)


Bastos : 18 millions d’euros (2009)

(source : http://www.sport24.com)

46 millions, ça fait mal, sans imaginer les salaires et les bonus pour Lille. Résultat des comptes, Lyon a foutu en l’air Bodmer qui devenait un meneur de jeu majeur chez nous, les coaches lyonnais préférant le faire jouer le plus souvent défensif ou défense centrale, l’achat de Kader Keita qui avait juste joué une saison haut niveau chez nous (mais inégale) alors que sa première année n’avait pas été une franche réussite, Jean II a souffert du lien avec Puel alors qu’il était devenu un des meilleurs milieux défensif du championnat, puis pour achever la bilan comptable et en finir avec l’axe Lille-Lyon, Michel Bastos. 18 millions pour le voir jouer un match sur 5, c’est beau, c’est propre, sensas le Aulas ! Et je présume que le Lacombe apprécie toujours.

Mais sans uniquement causer pognon et machination anti Lilloise sur les bords du Rhône et de la Saône, on devrait aussi prendre le temps pour réfléchir au monstrueux gâchis de talent que Lyon a broyé dans son échec cuisant…… Et je ne parle pas des Ederson, Lovren, Cissokho, Pjanic !!!

Pour moi L’Olympique Lyonnais était un club fade, sans âme et sans sympathie, j’ajoute aussi une gestion financière calamiteuse, des choix de transferts incohérents (Ben Arfa, Rémy…), des coachs surestimés (Le Guen) ou déstabilisés (Puel, Perrin) par un président trop proche de la maison de retraite que de la création de l’I-Pad4 et vous avez tous les ingrédients réunis pour admirer un club qu’on espère confortablement assis dans un marrasse total, pour le plus grand plaisir de certains….

J’en profite pour passer une annonce pour mes prochaines vacances : quelqu’un aurait un plan du côté de Nicosie, du type maison de vacances, ou camping sécurisé ? Avec mon amie on souhaiterait aller visiter Chypre……..

Publicités