Interview ! BRIGHTEST COLOR…

Bonjour,

0002030470_20Comme prévu, je vous présente l’échange que j’ai pu avoir avec Erik et Florent de BRIGHTEST COLOR. Ces derniers m’avaient sollicité il y a quelque temps histoire de relayer leur musique via TNPDB! et ainsi leur offrir une « petite vitrine » pour les adeptes de Math Rock ici en France. Car BC c’est avant tout l’histoire de 2 gars de chez nous partis à New York pour diverses raisons. Ce changement de domicile a donné naissance à ce groupe, tout d’abord duo, puis quatuor et plus si affinités…
De mon côté, j’avais sincèrement apprécié leur démarche et la sollicitation naturelle bien que je ne sois pas un féru de « guitares compliquées ». Du coup  peu de temps après la diffusion de leur deuxième EP intitulé « #2 » je me suis logiquement posé la question suivante : « Que deviennent-ils ? ». La suite est simple, contact, prise de température, dispo etc. Et nous voilà à échanger entre NYC et Rennes. Le résultat est une série de questions sur à peu près tout ce qui compte : la musique mais pas que…
Vous me suivez ?
J’ai comme à mon habitude essayé de faire parler mes interlocuteurs sur les « à côtés » de la musique sachant que notre binôme a pris le risque ou le pari de s’expatrier dans une ville qui fascine mais qui n’a pas franchement la réputation d’être reconnue pour sa scène « Math Rock ».

Je vous laisse avec ces quelques lignes…

Il est quelle heure à NYC ?

Erik : Il est 19h, je viens de rentrer du travail!

Peux tu présenter BC sur le plan humain ?

Erik : Brightest color c’est:

– Moi-même (Erik) ayant mes origines en Suède/Polynésie française et ayant vécu à Paris.

– Florent est français et on jouait ensemble dans ce groupe: http://meetmeatthelighthouse.bandcamp.com

– Robert est californien et est l’ancien batteur de Funeral Party.

– Tomoyuki est japonais et joue du synthé.

A la base BRIGHTEST COLOR ce sont deux types qui sont allés aux USA, Ma question est conne mais obligatoire : Pouvez-vous me raconter ce qui s’est passé entre votre rencontre et ce soir ?

Erik : A la base j’ai rencontré Florent sur zikinf.com alors qu’on cherchait un guitariste pour mon groupe de l’époque, Meet Me At The Lighthouse. Deux ans plus tard, Florent part pour NYC pour une opportunité professionnelle. Malgré la distance, on continuait à s’envoyer des idées de chanson par internet. Quand je suis arrive aux US 1 an apres, on s’y est vraiment mis plus sérieusement et on a créé Brightest Color.

Florent : D’ailleurs 2 des chansons de notre premier EP (Transatlantic et Capricorn) sont essentiellement basées sur ces échanges. Peut-être qu’un jour on réalisera la première version de Transatlantic qui était beaucoup plus Electro avec des drums type TR808.

Le choix de NYC était donc naturel ou vous avez hésitez avec d’autres villes ? (Je pense par exemple à Détroit, qu devient Hype pour les artistes ou des villes à fortes connotations musicales)

Florent : le choix de NYC ne s’est pas vraiment fait à cause de la musique mais surtout car j’avais trouvé cette ville incroyable quand j’y ai passé 2 semaines avec des amis il y a 4 ans… Ca m’avait vraiment marqué et ça m’a poussé à chercher un taf ici.

Erik: on a préferé vivre à NY plutot que de mourir a Detroit !

Concernant Les autres membres, comment et pourquoi vous ont ils rejoint ?

Florent : J’ai rencontré Robert a un vernissage d’expo photo alors qu’il venait juste d’emmenager a NYC apres une tournée avec Funeral Party. On cherchait justement un batteur à cette époque. Je ne crois pas qu’il cherchait spécialement à jouer avec un groupe à ce moment là, mais on a réussi à le convaincre de se joindre à nous avec les démos qu’on lui a envoyées.

On a ensuite rencontré Tomoyuki par le biais de craigslist (le plus gros site de petites annonces aux US). Nous sommes allés boire un verre ensemble et on a ensuite passe la soirée chez moi à jouer avec ses synthés vintage et à poser de nouvelles idées sur nos compos. Et ça nous a tout de suite plu!

Que faites-vous en dehors de BC ? 

Erik : En dehors de BC nous sommes ingénieurs informaticiens (lol), donc des geeks quoi! Je pense qu’il faut être un peu un nerd pour jouer dans les tendances math rock!

Florent : Quelque part ça doit influencer notre manière de composer qui se fait essentiellement devant un ordi. On a pas peur de passer de nombreuses heures devant un écran!

Entre nous c’est comment NYC pour des frenchies qui débarquent comme vous l’avez fait ?

Erik : Au final il y a BEAUCOUP de français a NY, c’est la plus grosse communauté aux Etats-Unis (80000 selon certaines estimations)! Donc on n’est pas perdu ici. Ceci-dit, c’est un peu saoulant d’entendre parler français à chaque coin de rue.

Florent : C’est quand même fou que malgré tous ces Français il n’y a  même pas moyen de trouver une baguette correcte!

Question à caractère humoristique : Honnêtement parfois tu ne te poses pas dans un sofa en te disant « mec, c’est un peu la classe totale ce qu’on a réussi à faire jusqu’à présent » ? 

Erik : haha non, pas tant que ça. Ce serait la classe totale si nous avions réussi a faire ça grâce à notre musique mais nous n’en sommes pas encore là…

Florent : l’autosatisfaction c’est pas trop notre truc. On est encore très loin de nos objectifs musicalement parlant. On en reparlera si on arrive a sortir un album complet et partir en tournée internationale!

Ça ressemble à quoi une journée d’un membre de BC ? 

Florent : Nos journées en semaine, c’est surtout le travail et le soir soit on répète avec le groupe entier, soit Erik et moi  écrivons de nouvelles chansons, soit on s’occupe de diffuser notre musique à différents médias. Des fois, il arrive même que nous répondions à des interviews!

Si demain un pote à toi qui crèche en France veut  venir aux USA tu lui prodigues quels conseils ?

Florent : les USA ou NYC? New York c’est très différent du reste des US. C’est assez facile de se sentir chez soi dans cette ville car il y a énormément d’étrangers. C’est super intéressant car tu rencontres des gens qui viennent des quatre coins du monde. Apres, c’est pas forcément pour tout le monde. Il faut supporter le bruit et les bars surpeuplés!

A ce jour, BC c’est combien de concerts ?

Erik : Aïe, pas tant que ça figure toi… Nous avons seulement fait 3 concerts jusqu’ici! En même temps on a existé un an et demi sans faire de concert. On met pas mal de temps à écrire des chansons, qui en plus de ça sont dures à jouer. Et en ce moment nous cherchons un bassiste, du coup on doit mais on ne peut pas jouer.

Et de repets ?

Erik : ah ça, beaucoup plus, on répète 2 fois par semaine depuis 2 ans. Donc ça ferait dans les..200 répètes!

Racontez-nous votre façon de composer ?

Erik : On se pose en face d’un ordi, et on commence à enregistrer une démo a partir d’une idée de guitare ou de synthé. Puis on a joute des batteries programmées, et on finit par la voix. Ces derniers temps nous aimerions essayer d’inverser le processus en essayant de composer autour de la voix, et plus à partir d’idées de synthé. On essaye aussi de composer en repet plutôt que de se poser devant un ordi.

Avez-vous copiné avec d’autres groupes chez vous ?

Erik : Malheureusement, pas autant que l’on voudrait. La scène « math » ici est plutôt maigre. Par contre pour tout ce qui est dreampop, shoegaze, surf, ou tout ce qui a plein de reverb, du lo-fi et du vintage Brooklyn est à l’appel. Ce qui est cool, c’est que ça nous donne l’opportunité de proposer quelque chose de différent.

Pareil, mais en France. Avez-vous des affinités avec des groupes ?

Erik : Oui, beaucoup plus! Ayant joué 5 ans dans divers groupe en France, nous avons beaucoup plus de contacts là-bas. Notamment la petite scene math rock parisienne qui s’organise autour d’Indie Air, un collectif dont nous faisons partie. Nous sommes potes avec des groupes comme Apes Did Ensemble.(NDR : excellent groupe et selon es dires de chouettes types…)

Parlons galères : comte nous votre pire spleen depuis que vous êtes aux US ?

Florent : c’est toujours le même problème quand tu pars à  l’étranger, tu ne peux pas voir ta famille et tes amis autant que tu veux. Forcément, il y a des moments où les gens te manquent…

À côté de ça vos meilleurs moments …

Florent : c’est aussi l’avantage quand t’es dans un autre pays : tous les gens cool que tu rencontres au quotidien!

Erik: lorsque j’ai goûté mes premiers chicken & waffles (poulet frit sur des gaufres avec du sirop d’érable).

Bien qu’on puisse vous classer dans un Mathrock relativement facile d’approche pour ne pas dire mainstream (ce qui est tout sauf vulgaire selon moi) pouvez-vous me parler globalement de votre approche musicale ?

Florent : Erik et moi sommes vraiment des guitaristes à la base. Je pense que c’est pour ça que notre musique donne une place très importante à cet instrument. Donc je dirais des guitares et des batteries “maths”, des synthes upbeats et analos ainsi que des voix harmonisées ou en mode “crowd”. Un peu comme si Toe, Minnaars et Klaxons faisaient un disque ensemble.

Si tu étais un Genius d’iTunes ou une radio Spotify, avec quels autres groupes assimilerais tu BC ?

Erik : Beaucoup de gens nous assimilent a Foals, mais c’est une étiquette dont on va se débarrasser au fur et à mesure de notre progression. Bref! Donc Foals, Bloc Party, Cast Of cheers, Toe.

Florent : ou même des trucs un peu moins rocks genre Totally Enormous Extinct Dinosaurs, Apparat…

Je ne m’en cache pas j’ai une maladie incurable, je suis un gros fan presque groupie de The national, tu peux m’organiser un rencard avec eux ?

Erik : Ils habitent à Brooklyn, effectivement! Je sais pas dans quel bar ils trainent mais ça doit se trouver sur internet.

Ou au moins une photo un bout de tshirt, un badge ou mediator ? 

Florent : on fera leurs poubelles et on t’enverra ce qu’on trouve!

J’ai pour habitude de poser des questions sur mes propres passions… Pour vous le végétarisme ou le veganisme ça vous évoque quoi ?

Erik : A peu près tout ce qu’on trouve  dans les supermarchés près de chez nous. Ok on exagère, mais c’est une grosse mode ici. Ce soir j’ai commandé un smoothie avec du Kale dedans, et personne m’a regardé bizarrement. (NDR : Ce qui doit changé d’ici…)

Le football. C’est juste un mot vulgaire ou un truc qui au contraire peut vous fasciner ?

Erik : Etant des nerds, ça nous a jamais trop fasciné. J’ai joué 5 ans en club quand j’étais petit mais j’ai passé la majorité du temps sur le banc comme remplaçant. Effectivement je suis pas très bon en foot.

Florent : ha ha, pareil pour moi! J’étais toujours choisi dans les derniers lorsqu’on faisait des matches de foot à l’école! Heureusement que j’avais des potes qui avaient pitié de moi pour me prendre dans leur équipe. Je suis pas trop fan de sport en général, mais j’adore boire des bières avec certains de mes amis footeux devant la télé, même si j’ai du mal a rester attentif durant un match entier. Ca compte?

Vu votre approche assez Lose du foot, ça compte ! y’a pas plus beau qu’un perdant sur un pitch. J’appelle ça la classe ultime…

Et le foot US ?

Erik : A peu près la même chose mais en pire.

Florent : pareil, mais avec des amis américains !

OK, donc si je vous propose Plutôt Les Jets ou Giants ?

Erik : Repose moi la question dans 5 ans, quand je serais américain.

Votre playlist du moment ?

Florent : le dernier EP d’Active Child, Oneohtrix Point Never, AlunaGeorge

Erik: Native, Brns, Touche Amore, Roosevelt, Blackbird Blackbird

Votre top 3 des disques indispensables ?

Florent : argh !!! Cette question est vraiment dure. Je changerai surement d’avis demain mais la de tête je dirais : « The Devil’s Walk  » d’Apparat, « Cerulean » de Baths, « Homogenic » de Bjork, « Antidotes » de Foals. « Trouble » de Totally Enormous Extinct Dinosaurs. Oui je sais, ca fait 5!

Erik: Pour moi ça sera « De-Loused In The Comatorium » de The Mars Volta, « Silent Alarm » de Bloc Party et « In/Casino/Out » de At The Drive-In. Bon j’en rajoute 2 aussi : Bon Iver  et NZCA/LINES (tous les deux éponymes).

Demain je t’appelle, je suis à NYC, mon plan dodo est mort, tu me rends service, en m’hébergeant, tu me proposes quoi comme soirée, comme plan bouffe vegan et un spot concert… ?

Erik : ok alors niveau bouffe je t’amène chez Eat qui est un resto vegan en face de chez moi. Puis niveau concert on ira à Glasslands ou 285 kent qui n’est pas trop loin non plus.

Florent : il y a Breton qui passe à Glasslands le 15 décembre, tu devrais venir!

J’a pour habitude de demander aux gens que j’int de m’envoyer une photo prise pour l’occasion, je te laisse le choix et à toi d’y ajouter une légende…

Pareil, j’envoie un petit cadeau (une babiole hein) j’attends la même chose de ton côté…

ok poste moi ton adresse!

Voilà c’est terminé pour cette série de questions avec FLorent et Erik. Avant de femrer cet onglet, je vous conseille fortement d’aller sur leur Bandcamp  et de jeter un regard attendri sur cette vidéo.

Publicités